L’homéopathie réservée aux enfants

Il ne faut pas non plus sous-estimer le fait que les nourrissons et les enfants prennent très volontiers ces petites perles : il est rare d’entendre en enfant dire «berk, ce n’est pas bon! ». Il n’est donc pas nécessaire de contraindre l’enfant à prendre ses médicaments. On constate aussi que les médicaments homéopathiques agissent encore plus rapidement chez les enfants que chez les adultes.

L’homéopathie peut être utilisée sans crainte durant la grossesse et chez les nouveau-nés, dès le premier jour de vie – ceci évidemment exclusivement sur prescription d’une sage-femme ou d’un-e homéopathe.

 

Travailler avec un spécialiste

Les parents utilisent souvent avec retenue les médicaments homéopathiques. Ils estiment en effet qu’il est difficile de savoir de quel médicament l’enfant a besoin lorsqu’il est encore trop petit pour s’exprimer. Contrairement aux adultes, les enfants se comportent de manière naturelle. Ils ne s’adaptent pas aux attentes de leur environnement ou de la société et ne cachent pas leurs symptômes. En observant bien un enfant, il est possible de voir un certain nombre de choses. Mais c’est toutefois parfois un véritable défi car il faut observer l’enfant de manière objective. Il est conseillé de travailler avec un spécialiste si nécessaire. Il peut s’agir de symptômes aigus quotidiens comme la fièvre, la toux, les maux de dents ou les maux de ventre.

 

Les guides spécialisés

De nombreux guides spécialisés aident dans le choix du médicament (voir aussi Suggestion de lecture ACTUEL No 9). Le médicament approprié est rapidement identifié à l’aide de la description des symptômes. Ces guides pratiques donnent aussi souvent des conseils complémentaires à la thérapie homéopathique. Le conseil d’un spécialiste compétent est indispensable quand des symptômes plus complexes et chroniques surviennent comme des éruptions cutanées à répétition. Le mieux est de demander conseil à un-e homéopathe (voir le registre des homéopathes). De nombreuses pharmacies et drogueries en Suisse forment leurs employés dans le domaine de la pédiatrie car ils sont souvent en première ligne à côté des sages-femmes, des conseillères en allaitement et des puéricultrices, lorsque l’enfant a besoin de quelque chose et que les parents n’ont pas (encore) contacté le ou la médecin. Les questions les plus fréquentes touchent l’allaitement, les coliques du nourrisson, une faible fièvre et de la diarrhée lors des poussées dentaires ou l’épuisement des jeunes parents. Les médicaments homéopathiques peuvent très bien être combinés avec les « remèdes de grands-mères » comme l’enveloppement, les compresses, les tisanes, les inhalations, les bains. Et lorsqu’un médicament conventionnel est administré, il peut être complété par l’homéopathie.

Menu
Chercher